Dans la première moitié du XIXe siècle, Bordeaux était une ville étape importante du tour de France des Compagnons. La tradition y était forte. Ce n'est donc pas un hasard si Jean Limouzin “Compagnon Passant Charpentier” choisi de s'y établir en 1836.

Après son Tour de France, il épousa Marie Bordenave, elle-même fille d'un “charpentier de haute futaie”. À l'étroit dans l'atelier de son beau-père, près de la porte de la Monnaie, et souhaitant s'installer à son compte, Jean acheta en 1864 des parcelles de terrain donnant sur la rue Lafontine (ancienne rue Jules Steeg) dans le quartier très animé et en plein essor de la gare St-Jean. Il y édifia un premier hangar. La forte urbanisation et la situation privilégiée favorisa les activités liées à la construction.

En 1867, Jean Limouzin construisit un nouvel atelier de charpenterie de 25 mètres. Il permettait de tailler et d'assembler tous les éléments de la charpente d'un bâtiment, sans les contraintes d'un espace limité en plan et en hauteur. Il fit une charpente de grandes dimensions, qui fut la démonstration du savoir-faire et de la maîtrise de son constructeur.

Après avoir dirigé l'entreprise pendant de nombreuses années, elle prospéra sous la direction de ses fils, et petits-fils… Le dernier en date, Jacques Limouzin (1927-2001) entra dans l'entreprise familiale en 1950 jusqu'en 1988.

C'est en 2002 que l'entreprise déménagea ses locaux sur la commune de Gradignan où elle se trouve encore aujourd'hui, sur un site d'une surface de 4300 m2. Ses activités de charpente et de menuiserie, ainsi que son atelier de ferronnerie, s'étendent sur 1400 m2 lui permettant un travail en atelier sans entraves et de qualité, comme le souhaitait son créateur, Jean Limouzin, dans son “hangar”.